Atlas and Sahara Jewish-Muslim Heritage : A Multidisciplinary Approach

This blog presents academic research and participative operations to safeguard the heritage linking Jewish and Muslim communities in the Atlas and Sahara. It presents existing archives, historical and anthropological approaches, archaeological research and heritage restoration and conservation actions in order to be in line with the logic of an open and collaborative science. It is intended to be a tool for researchers but also for all stakeholders (local elected representatives, associations, memory bearers).

Synagogues d’Aguerd et de Tagadirt: au cœur des premières fouilles archéologiques maroco-israéliennes (le360.ma)

Des fouilles archéologiques dans la synagogue de Tagadirt dans la province de Tata, au Maroc, en février 2023. Fadel Senna AFP

Les premières fouilles archéologiques maroco-israéliennes, menées dans les synagogues oasiennes d’Aguerd et de Tagadirt, ont permis de retrouver, entre autres, des documents en hébreu et des pièces d’antiquité juives. Il s’agit, selon Saghir Mabrouk, professeur à l’INSAP et directeur de ce projet, d’«une découverte majeure».

Par Hajar Kharroubi

Le 25/03/2023 à 11h47

C’est dans les synagogues d’Aguerd, dans le Tamanart, et de Tagadirt, dans l’oasis d’Akka, qu’une équipe multidisciplinaire prend à tâche de faire revivre l’histoire et les mémoires de ces lieux emblématiques. Archéologues, anthropologues, historiens et géographes se mobilisent comme jamais pour mieux comprendre les trajectoires des communautés juives marocaines.

L’équipe de fouille est composée de Saghir Mabrouk, professeur à l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP) et directeur de ce projet, Yuval Yekuteili, archéologue et professeur à l’Université Ben Gourion du Néguev en Israël (BGU), Orit Ouaknine, professeure en anthropologie à BGU, David Goeury, géographe paysagiste et professeur à l’Université de la Sorbonne, Salima Naji, architecte et anthropologue, et Aomar Boum, anthropologue et professeur à l’Université de Californie de Los Angeles aux Etats-Unis.

Des fragments d’un manuscrit découvert lors des premières fouilles archéologiques maroco-israéliennes.

Contacté par Le360, Saghir Mabrouk, professeur à l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP) et directeur de ce projet, indique que ces fouilles archéologiques, menées depuis déjà une année, ont permis de repérer un «véritable trésor du patrimoine judéo-marocain». Il s’agit notamment de fragments de manuscrits en hébreu, d’objets liturgiques, de bijoux, de pièces d’antiquité, d’amulettes, ainsi que d’ustensiles de la vie courante et de pièces de monnaie.

«Les manuscrits écrits en hébreu ont été décryptés avec succès, révélant des actes de mariage, de vente et d’achat. Actuellement, toutes ces découvertes sont en cours d’étude. Ces documents datent probablement du XVIe au XXe siècle», note l’expert.

100.000 fragments de manuscrits

«Les recherches que nous avons menées nous ont permis de dégager pratiquement 100.000 fragments de manuscrits des synagogues oasiennes d’Aguerd et de Tagadirt. Ces découvertes exceptionnelles constituent une mine d’or pour l’histoire du Maroc, permettant de mieux comprendre son riche passé et sa culture plurielle», s’extasie Saghir Mabrouk, pour qui «plonger dans le patrimoine judéo-marocain, c’est s’immerger dans l’univers fascinant des derniers habitants du mellah. L’exploration de leurs objets, de leur habitat et de leur mode de vie nous transportera dans leur époque riche en histoires captivantes et en traditions uniques.»

Une fouille préventive puis systématique

Ce projet vise à analyser et mettre en valeur à la fois les derniers porteurs de mémoire directs et les derniers bâtiments menacés de disparition par l’usure du temps et les mobilités. «Pour ce faire, notre équipe pluridisciplinaire a pratiqué, au tout début, une fouille préventive pour sauver le maximum d’objets et de documents, ainsi que les anciennes structures des synagogues, étant donné qu’elles étaient en ruine. Les deux sites ont été préservés de la menace d’effondrement grâce à des opérations de restauration d’urgence», explique le chercheur.

Des fragments d’un manuscrit découvert lors des premières fouilles archéologiques maroco-israéliennes.

«Par la suite, nous avons organisé une fouille systématique qui entre dans le cadre d’une convention entre l’INSAP et l’Université Ben Gourion du Néguev», poursuit notre interlocuteur, rappelant que «cet accord a pour objectif d’établir une prospection archéologique partagée sur le patrimoine judéo-marocain, pas seulement dans le sud du Maroc, mais dans tout le Maroc».

Lire aussi : Archéologie: de nouvelles découvertes sur les traces du port antique de Lixus

Ce partenariat porte également sur l’élaboration d’un inventaire de sites des monuments historiques judéo-marocains et d’une carte archéologique, avec un circuit touristique. Il est par ailleurs question d’étudier les matériels archéologiques récoltés et de sauvegarder les structures anciennes.

Chaque synagogue fouillée sera restaurée

«Nous mettons tout en œuvre pour préserver les structures anciennes des anciens bâtiments. L’objectif est de les restaurer intégralement et conserver toute leur authenticité. Chaque synagogue que nous avons fouillée sera ainsi soigneusement restaurée avec passion et dévouement, pour que tout un chacun puisse découvrir son histoire fascinante et son charme unique», ajoute Saghir Mabrouk.

Au sein de la synagogue de Tagadirt.

Un impact socio-économique et culturel majeur

Selon le professeur à l’INSAP, la restauration minutieuse du patrimoine judéo-marocain aura un impact socio-économique et culturel considérable. «En ouvrant les portes de ces synagogues rénovées aux visiteurs, des opportunités économiques seront créées pour les habitants des régions avoisinantes, tout en faisant connaître et en célébrant l’héritage judéo-marocain auprès de la population locale et des touristes», précise-t-il.

De plus, la restauration de ces synagogues est bien plus qu’un simple travail de rénovation: «C’est une manière de transmettre une histoire riche en traditions et en valeurs à la nouvelle génération, pour qu’elle puisse comprendre l’importance de ce patrimoine national et l’inclure dans son identité culturelle».

Au sein de la synagogue de Tagadirt.

Il reste encore beaucoup de travail à mener

Saghir Mabrouk souligne qu’il reste encore des découvertes à faire à travers le Maroc. «Nous aurons sûrement la chance de trouver des merveilles exceptionnelles dans de nombreux sites qui ont été marqués par la présence de juifs marocains. Notre prochaine étape sera Tahla, où se trouvent un mellah et une synagogue abandonnée», indique-t-il.

Selon un document publié par la Faculté des lettres de Sorbonne Université, les traces matérielles de la présence des communautés juives dans les oasis marocaines, notamment architecturales, sont de plus en plus menacées d’effondrement après plusieurs décennies d’abandon.

Durant la seconde moitié du XXe siècle, les communautés juives des oasis ont quitté brutalement le Maroc. Ce départ, d’abord progressif dans le cadre de l’urbanisation et de la littoralisation des communautés juives marocaines, s’est ensuite accéléré du fait de l’émigration massive des familles juives vers Israël mais aussi vers l’Amérique du Nord ou l’Europe.

Par Hajar Kharroubi

Source :

https://fr.le360.ma/culture/synagogues-daguerd-et-de-tagadirt-au-coeur-des-premieres-fouilles-archeologiques-maroco-israeliennes_PFYECPURABGVBK4AMOFBYHBWYY/

Maroc : à la recherche du patrimoine juif dans les oasis du sud (vidéo d’Africanews)

Dans les Oasis, au sud du Maroc, une coalition de chercheurs internatioaux tente de rétablir le patrimoine juif du pays. AFP

Dans les profondeurs de l’oasis d’Akka, au Maroc, deux archéologues fouillent le sol d’une synagogue à la recherche des moindres fragments témoignant de l’histoire juive du pays.

Datant de l’Antiquité, la communauté juive du Maroc a atteint son apogée au XVe siècle, à la suite de l’expulsion brutale des Juifs séfarades d’Espagne.

Au début du XXe siècle, le Maroc comptait environ 250 000 Juifs. Mais après des vagues de départs lors de la création d’Israël en 1948, notamment à la suite de la guerre israélo-arabe de 1967, leur nombre a été réduit à seulement 2 000 aujourd’hui.

Il reste peu de documents sur le riche héritage que la communauté a laissé derrière elle.

Selon Saghir Mabrouk, archéologue marocain, cette entreprise est unique en son genre.

“C’est une première. La première fouille archéologique du patrimoine judéo-marocain, c’est la première fois que l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP) entame une fouille dans le domaine de l’archéologie juive, judéo-marocaine,” réagit Saghir Mabrouk, archéologue à l’Institut national de l’archéologie et du patrimoine culturel du Maroc.

Saghir Mabrouk fait partie d’une coalition de six chercheurs du Maroc, d’Israël et de la France, dans le cadre d’un projet visant à faire revivre le patrimoine juif du pays d’Afrique du Nord.

L’équipe a pu retrouver une majorité d’objets dont des fragments de manuscrits et d’amulettes.

“Nous avons fouillé la synagogue d’Akka, nous avons trouvé des traces de plusieurs phases à l’intérieur. Elle a été rénovée à plusieurs reprises et avant que les gens ne partent d’ici, pendant la grande émigration des années 1960 si nous comprenons bien, ils ont enterré à l’intérieur de la synagogue le livre saint et d’autres choses, ce que nous appelons en hébreu “genizah” (zone de stockage dans une synagogue juive). Ils l’ont donc mis dans la synagogue et l’ont protégé très soigneusement,” explique Yuval Yekutieli, archéologue israélien de l’Université Ben-Gourion du Néguev.

Bien que le site archéologique n’ait pas encore été daté, les experts affirment qu’il est essentiel pour comprendre l’histoire judéo-marocaine de la région, pour la garder vivante et la transmettre.

“Et ça c’est très précieux, car c’est une mémoire encore vivante. Pour nous, ce qui est important ici, c’est de garder cette mémoire vivante, de faire le lien avec les gens qui ensuite seront les acteurs de ce territoire, puisque c’est eux qui accueilleront les touristes qui viendront, ou les gens qui ont leurs familles ici, ou les gens qui cherchent à comprendre aussi comment vivaient ces communautés,” atteste Salima Naji, architecte responsable de la restauration de la synagogue d’Akka.

Akka, une vallée verdoyante de palmiers dattiers entourée de collines désertiques à quelque 525 kilomètres au sud de la capitale Rabat, était autrefois un carrefour pour le commerce transsaharien.

Dans l’oasis, au milieu du “mellah” ou quartier juif du village de Tagadirt, se trouvent les ruines de la synagogue, construite en terre selon la tradition architecturale de la région.

Bien que le site n’ait pas encore été daté, les experts affirment qu’il est essentiel pour comprendre l’histoire judéo-marocaine de la région.

Les efforts déployés pour découvrir ces trésors historiques juifs sont l’un des résultats du renforcement des liens depuis la normalisation des relations entre le Maroc et Israël en 2020.

Voir : https://fr.africanews.com/2023/03/20/maroc-a-la-recherche-du-patrimoine-juif-dans-les-oasis-du-sud//

In search of Jewish heritage in Morocco’s southern oases

Akka, a lush green valley of date trees surrounded by desert hills, was once a crossroads for trans-Saharan trade © FADEL SENNA / AFP

Akka (Morocco) (AFP) – In the depths of Morocco’s Akka oasis, two archaeologists pore over the floor of a synagogue searching for the minutest of fragments testifying to the country’s ancient Jewish history.

They are from a team of six researchers from Morocco, Israel and France, part of a project to revive the North African country’s Jewish heritage after it was all but lost following the minority’s exodus.

The discovery of a fragment of a Hebrew religious manuscript is “a sign from above”, jokes Israeli archaeologist Yuval Yekutieli, from Ben-Gurion University of the Negev.

Efforts to uncover Jewish historical treasures scattered across the kingdom’s oases are one of the outcomes of warming ties since Morocco and Israel normalised relations in 2020.

Akka, a lush green valley of date palms surrounded by desert hills some 525 kilometres (325 miles) south of the capital Rabat, was once a crossroads for trans-Saharan trade.

Within the oasis, tucked away in the middle of the “mellah” or Jewish quarter of the village of Tagadirt, lie the ruins of the synagogue — built from earth in the architectural tradition of the area.

An alley in the former Jewish neighbourhood, or mellah, in the village of Tagadirt in Morocco’s Akka oasis: experts say it is crucial to understanding the Judaeo-Moroccan history of the region © FADEL SENNA / AFP

While the site has yet to be dated, experts say it is crucial to understanding the Judaeo-Moroccan history of the region.

“It’s urgent to work on these types of vulnerable spaces that are at risk of disappearing,” said Saghir Mabrouk, an archaeologist from Morocco’s National Institute of Archaeology and Cultural Heritage (INSAP).

Looting

Dating back to antiquity, the Jewish community in Morocco reached its peak in the 15th century, following the brutal expulsion of Sephardic Jews from Spain.

An archaeologist works in the ruins of a synagogue Morocco’s Akka oasis, part of project to revive the North African country’s Jewish heritage © FADEL SENNA / AFP

By the early 20th century, there were about 250,000 Jews in Morocco.

But after waves of departures with the creation of Israel in 1948, including following the 1967 Arab–Israeli War, the number was slashed to just 2,000 today.

Little documentation remains of the rich legacy that the community left behind.

“This project aims to study this community as an integral part of Moroccan society, and not from a Judaeo-centric perspective,” said Israeli anthropologist Orit Ouaknine, herself of Moroccan roots.

As the day progresses, the archaeologists amass a small trove of manuscript fragments, amulets and other objects discovered under the “bimah”, a raised platform in the centre of the synagogue where the Torah was once read.

Yekutieli, the Israeli archaeologist, said the “most surprising thing” was that no one had written about the buried objects, and that it was only when excavations began that they were discovered.

Archaeologists dig in the ruins of a synagogue in Tagadirt : efforts to uncover Jewish treasures are one of the outcomes of warming ties since Morocco and Israel normalised relations in 2020 © FADEL SENNA / AFP

While Jewish tradition dictates that such texts are never destroyed, it is unusual to find them buried at such sites.

Among the artefacts unearthed and meticulously catalogued by the team are commercial contracts and marriage certificates, everyday utensils and coins.

The synagogue had already begun to fall into disrepair when looters attempted to raid the buried cache.

“The good news is that one of the beams collapsed, making access difficult,” said Yekutieli.

A similar looting attempt was recorded at the ruined synagogue of Aguerd Tamanart, sited in another oasis some 70 kilometres (45 miles) southwest of Akka, where excavations began in 2021.

In this case, the artefacts were not buried but rather hidden in a secret compartment behind a collapsed wall.

The team was able to save the majority of the objects, some 100,000 pieces including fragments of manuscripts and amulets.

‘Precious testimonies’

At both sites, architect Salima Naji has led efforts to restore the earthen monuments, being careful to remain faithful to the traditions of the desert region.

A woman sits in an alley in the Jewish qaurter of Tagadirt: dating back to antiquity, the Jewish community in Morocco reached its peak in the 15th century, following the brutal expulsion of Sephardic Jews from Spain © FADEL SENNA / AFP

“More than 10 years ago, I began by recreating the typology of all the synagogues of the region,” she said.

“My experience in rehabilitating mosques and ksour (fortified villages) helped me to better understand that of the synagogues.”

Restoration is still underway in the Tagadirt synagogue, where Naji’s team is hard at work to reconstruct the skylight that illuminates the building.

Today, the Muslim inhabitants of the former Jewish quarter welcome the restoration.

“It’s a good thing not to leave the synagogue abandoned,” says craftswoman Mahjouba Oubaha.

The excavation has just begun to scratch the surface of knowledge about Morocco’s Jews, shedding light on their daily objects and way of life.

A woman walks in an alley in the former Jewish neighbourhood of Tagadirt: little documentation remains of the rich legacy that the community left behind © FADEL SENNA / AFP

Orit Ouaknine said she conducted interviews with the former Jewish residents of the two villages, now living in Israel, the United States and France.

“It’s a race against time to collect these precious testimonies,” the Israeli anthropologist said.

© 2023 AFP

More :

https://www.rfi.fr/en/middle-east/20230319-in-search-of-jewish-heritage-in-morocco-s-southern-oases

https://www.france24.com/en/live-news/20230319-in-search-of-jewish-heritage-in-morocco-s-southern-oases

Dans le Sud du Maroc, à la recherche du patrimoine juif oasien (AFP)

Article réalisé par l’AFP

ARCHÉOLOGIE – Près de la palmeraie d’Akka, des fouilles inédites révèlent le passé judéo-marocain du village de Tagadirt

Au cœur d’une synagogue de la palmeraie d’Akka, deux archéologues, un Marocain et un Israélien, scrutent le sol à la recherche du moindre fragment, témoin de la présence juive millénaire dans les oasis du sud du Maroc. Ces fouilles inédites s’inscrivent dans le cadre d’un projet d’exploration et de réhabilitation du patrimoine juif oasien, tombé en désuétude après le départ d’une grande partie des juifs du Maroc en 1967.

La découverte, ce matin-là, d’un morceau de manuscrit religieux en hébreu est «un signe d’en haut», plaisante l’archéologue israélien Yuval Yekutieli, de l’Université Ben Gourion du Néguev, membre d’une équipe de six chercheurs marocains, israéliens et français. Une collaboration scientifique facilitée par la normalisation diplomatique entre Maroc et Israël en décembre 2020.

Bâtie en terre dans la tradition architecturale présaharienne, la synagogue du village de Tagadirt a été sauvée in extremis de la ruine. Nichée au milieu du «mellah», le quartier juif, elle permet de comprendre la vie de la communauté d’Akka, autrefois carrefour du commerce transsaharien. «L’urgence est de travailler sur ce type d’espaces vulnérables qui risquent de disparaître alors qu’ils renferment des pans de l’histoire judéo-marocaine», explique Saghir Mabrouk, archéologue à l’Institut marocain INSAP.

Présente depuis l’Antiquité, grossie au XVe siècle par l’expulsion des Séfarades d’Espagne, la communauté juive du Maroc comptait 250.000 membres au milieu du XXe siècle, avant les vagues de départs qui suivirent la création de l’État d’Israël. Ils sont environ 2 000 aujourd’hui. Mais l’établissement des juifs dans les oasis marocaines demeure mal documenté. «Ce projet vise à étudier cette communauté en tant que partie intégrante de la société marocaine et non sous un angle judéocentré», insiste l’anthropologue israélienne Orit Ouaknine, d’origine marocaine.

Pillages

La journée avance et les archéologues classent des fragments de livres religieux, des amulettes et autres objets enterrés sous la «bimah», une plateforme rehaussée au centre de la synagogue d’où est lue la Torah. «Le plus étonnant c’est que personne n’avait écrit auparavant sur cet enfouissement», souligne Yuval Yekutieli, et «il a fallu faire des fouilles pour le découvrir». Car s’il est obligatoire de ne pas jeter ou détruire les textes invoquant le nom de Dieu, il est inhabituel de les enterrer à un tel endroit. Parmi le matériel répertorié, des lettres, des contrats commerciaux et de mariage, ainsi que des ustensiles de la vie courante et des pièces de monnaie.

La synagogue commençait à tomber en ruine quand des pillards ont tenté de dérober le trésor enterré. «La bonne nouvelle, c’est qu’une des poutres s’est effondrée, rendant l’accès impraticable», raconte l’archéologue israélien. À 100 km d’Akka, une tentative de pillage similaire a été constatée dans la synagogue d’Aguerd Tamanart, où des fouilles ont commencé en 2021. Cette fois, l’héritage archéologique n’était pas enterré mais caché dans un entrepôt secret derrière un mur cassé. La majorité des objets a pu être sauvée, dont 100.000 fragments de manuscrits ou des amulettes.

«Précieux témoignages»

À Aguerd Tamanart comme à Tagadirt, c’est l’architecte marocaine Salima Naji qui a conduit la restauration, en terre crue, dans le respect de la tradition de cette région aride déshéritée. «Il y a plus de dix ans, j’avais commencé par faire la typologie de toutes les synagogues de la région. Mon expérience de réhabilitation des mosquées et des ksour (villages fortifiés) m’a aidée à mieux appréhender celle des synagogues», explique-t-elle.

À Tagadirt, les travaux sont toujours en cours. L’équipe de l’architecte s’active pour remettre sur pied le lanterneau qui apporte la lumière à l’édifice. Un chantier vu d’un bon œil par les habitants musulmans de l’ex-mellah: «c’est une bonne chose de ne pas laisser la synagogue à l’abandon», estime Mahjouba Oubaha, une artisane de 55 ans.

L’exploration du patrimoine judéo-marocain permet d’étudier les objets, l’habitat mais aussi le mode de vie des derniers résidents du mellah. Orit Ouaknine a mené des entretiens avec d’anciens habitants juifs des deux villages, installés en Israël, aux États-Unis ou en France. «C’est une course contre la montre de recueillir ces précieux témoignages», explique l’anthropologue israélienne.

Au-delà du travail de mémoire, le géographe français David Goeury, spécialiste de la résilience des espaces oasiens et coordinateur du projet, trouve «ces lieux marginalisés extrêmement précieux pour comprendre comment réorienter aujourd’hui nos vies dans les métropoles».

Cet article a été repris dans plusieurs journaux dont :

Lieux d’histoires, lieux de mémoires interconfessionnels des communautés oasiennes. Maroc-Israël-Europe-Amérique du Nord

L’objectif de ce projet est de développer des plateformes numériques collaboratives en mesure de structurer une recherche action interdisciplinaire en cours dans la logique de la science ouverte. Ces outils permettront de d’étudier la complexité des dynamiques géohistoriques des communautés oasiennes du Maroc au prisme des relations interconfessionnelles juives et musulmanes tout en les articulant aux enjeux mémoriels actuels. En effet, si aujourd’hui, les oasis apparaissent comme des lieux de mémoires marginaux et marginalisés, elles s’avèrent être des lieux d’histoires essentiels à la compréhension de la pérennité multiséculaires des sociétés sahariennes, et ce notamment dans un contexte climatique sous forte contrainte.

Interroger ce basculement géohistorique mobilise une approche pluridisciplinaire liant archéologie, anthropologie, architecture, histoire et géographie. Elle s’appuie sur des fouilles archéologiques préventives (dont la première a permis de collecter des milliers de fragments issus d’une genizah oasienne) et des chantiers de restauration. Or, la complexité de ce travail nécessite d’investiguer de nouvelles logiques de collaborations scientifiques associant chercheurs en sciences sociales, porteurs de mémoire et société civile et surtout convoquant de nouvelles formes de représentation graphiques des phénomènes, permettant d’investiguer les dynamiques spatiales et temporelles de cette histoire particulière. Nous souhaitons donc mobiliser les potentialités offertes par les humanités numériques afin de renforcer les dynamiques collaboratives mais aussi les possibilités d’implication des parties prenantes non académiques et des porteurs de mémoires aujourd’hui dispersés entre le Maroc, Israël, et d’autres pays en Europe ou en Amérique du Nord.

Patrimoine judéo-marocain : la synagogue de Tagadirt (Tata) sera restaurée

L’opération de restauration de la synagogue de Tagadirt
sous l’autorité de l’architecte Salima Naji.
Crédits. David Goeury

Du 23 au 27 février 2022, une seconde mission d’urgence pour la documentation et la sauvegarde des synagogues du Sud marocain a été déployée dans la province de Tata à la demande de la communauté israélite d’Agadir représentée par Hervey Levy. Cette mission a mobilisé une équipe d’experts nationaux et internationaux.

Elle a ainsi permis la collecte de matériel archéologique dans la synagogue d’Aguerd Tamanart qui avait fait l’objet d’une première intervention en novembre 2021 et une intervention d’ampleur dans la synagogue de Tagadirt de la commune de Kasbah Sidi Abadallah ou M’barek. «L’équipe internationale déploie un même protocole d’intervention scientifique afin d’assurer la conservation et la valorisation de ce patrimoine archéologique», assure-t-on de même source, rappelant que la mission archéologique est dirigée par Saghir Mabrouk, professeur d’archéologie à l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine à Rabat, responsable des fouilles, et Yuval Yekoutieli, professeur d’archéologie à l’université Ben Gurion du Néguev.

Fouilles de la synagogue de Tagadirt en présence des représentants des associations culturelles locales.
Crédits David Goeury

La mission a procédé au «dégagement des différents niveaux d’effondrement de la synagogue de Tagadirt afin de retrouver le dernier niveau d’occupation» et a, par ailleurs, collecté le matériel archéologique qui comprend des objets rituels dont de nombreuses amulettes, des textiles et des fragments de textes. Ce matériel archéologique a été entreposé à la direction régionale du patrimoine à Ait Melloul afin de pouvoir être étudié.

Une lampe de hanoukka retrouvée sur le site de la synagogue de Tagadirt. Crédits. David Goeury

Parallèlement, l’architecte Salima Naji a assuré la mise en sécurité du bâtiment notamment par la restauration des maisons limitrophes de l’ancien mellah dans une approche participative avec les habitants. Enfin, Orit Ouaknine, professeur d’anthropologie à l’université Ben Gurion du Néguev, et David Goeury, géographe à Sorbonne Université, ont mené une enquête élargie auprès des habitants actuels, des doyens et des parties prenantes de cet ancien mellah.

Une prochaine mission en mai 2022 à Tata et Tiznit

Un suivi continu des travaux est assuré par le responsable de communauté israélite d’Agadir, Hervey Levy, poursuit la même source, qui note que la communauté israélite d’Agadir souhaite mettre en valeur ces sites historiques où s’est développée une riche histoire interconfessionnelle par le déploiement de nouveaux circuits touristiques culturels reliant la ville d’Agadir à son arrière-pays.

Les chercheurs annoncent aussi que la synagogue de Tagadirt bénéficiera tout au long du mois de mars 2022, comme la synagogue d’Aguerd Tamanart durant le mois de décembre 2021, d’une restauration comprenant la reconstruction des piliers effondrés et la réalisation d’une charpente traditionnelle afin de protéger le site des intempéries. «Chaque synagogue bénéficie d’un traitement spécifique afin de restituer à partir des éléments archéologiques et des photographies d’archives le site», précise le communiqué.

Parallèlement, du 1er au 3 mars, «un important travail de digitalisation des fragments de textes trouvés dans les deux sites a été mené dans les locaux de la direction régionale du patrimoine de Souss-Massa». «Ce travail permet de disposer d’un inventaire détaillé des documents trouvés dans les deux sites mais aussi de mobiliser des logiciels spécifiques pour recomposer les textes afin de préparer leur étude future», rappelle-t-on encore.

Inventaire et classement des fragments de textes trouvés dans les synagogues d’Aguerd et de Tagadirt.
Crédits Rachid Ouadelli

La même source annonce qu’une prochaine mission est programmée en mai 2022 pour poursuivre les travaux dans la province de Tata mais aussi dans la province de Tiznit, rappelant que ces travaux s’inscrivent dans un projet régional visant à intervenir sur l’ensemble des synagogues oasiennes et de montagne.

En novembre dernier, l’équipe de chercheurs israéliens, marocains et français a procédé à une fouille sur le site de la synagogue d’Aguerd, dans la région de Souss-Massa.

Voir :

https://medias24.com/2022/03/03/patrimoine-judeo-marocain-la-synagogue-de-tagadirt-tata-sera-restauree/?fbclid=IwAR1ywuzswj0MJE8AqCeZaBPL06pf9kbjttkZuJ2vk5dnTv8vreLLZxdSzhY

https://www.yabiladi.ma/articles/details/124956/maroc-amulettes-textiles-fragments-decouverts.html

Israeli, Moroccan, researchers excavate synagogue in Atlas Mountains (i24 news)

‘We found more than one thousand pages of religious texts’

A team of Israeli, Moroccan, and French researchers recently excavated a ruined synagogue in the Atlas Mountains to rescue ancient artifacts that highlight the daily lives of Saharan Jews.

David Goeury, a geographer at Sorbonne University in Paris and a member of the research team, portrayed to i24NEWS what they found and why such artifacts are so important in understanding Jewish history. 

“We found more than one thousand pages of religious texts,” Goeury said.

“You have a lot of historic Saharan Jewish communities in Morocco. They were settled since more than 2,000 years ago in this area. [The findings] will give us more information on the daily life of the Jewish community.”

Goeury noted that looters ravaged the synagogue, destroying parts of it and stealing religious books, prompting Israeli and Moroccan universities to quickly collaborate and rescue the remaining artifacts. 

He added that it was the first time a collaborative excavation was done by Israeli and Moroccan establishments. 

“What we want to study is the daily life of the Jewish communities among Muslim communities, and how they were able to organize very important trade routes and networks from West Africa to North Africa, even to Asia,” Goeury explained. 

In order to document all the connections between the Saharan area and African ports, the researcher said that the team must now translate the synagogue’s ancient archives so as to “understand deeper what was going on in Agard and in other synagogues in the area.”

More : https://www.i24news.tv/en/news/israel/archeology/1640350989-israeli-moroccan-researchers-excavate-synagogue-in-sahara

La fouille de la synagogue d’Aguerd ouvre des «perspectives pour le patrimoine judéo-marocain»

David Goeury répond aux questions de Tancrède Chambraud pour RFI le 19/12/2021

Pendant quatre jours, du 21 au 25 novembre 2021, une équipe internationale a procédé à une première au Maroc. Une fouille archéologique commune maroco-israélienne s’est déroulée sur le site de la synagogue d’Aguerd, dans la région de Souss-Massa. Enseignant chercheur à la Sorbonne au sein du laboratoire Médiations, David Goeury a établi un protocole de mobilisation des parties prenantes pour ces fouilles, dirigées par des chercheurs de l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine de Rabat (Insap), au Maroc et l’université Ben-Gourion du Néguev, en Israël. Il répond aux questions de Tancrède Chambraud.

Source:

https://www.rfi.fr/fr/podcasts/invit%C3%A9-afrique/20211219-la-fouille-de-la-synagogue-d-aguerd-ouvre-des-perspectives-pour-le-patrimoine-jud%C3%A9o-marocain

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search